Skip to main content

Ricardo Mendes

CETA et le Non Wallon, ce n'est pas l'apocalypse ! Un échec du #Ceta ne marginalise pas l'Union européenne

Le refus du parlement wallon (l’une des huit assemblées belges dotées de pouvoirs en matière commerciale) d’autoriser le gouvernement fédéral à signer le Ceta, l’accord de libre-échange conclu entre le Canada et l’Union européenne, donne lieu à un déluge de mauvaise foi, notamment du côté des défenseurs de ce traité, au premier rang desquels les institutions communautaires et les gouvernements. Comment, entend-on, une région de Belgique pesant à peine 3,6 millions d’habitants, soit moins de 1 % de la population européenne, ose-t-elle et peut-elle poser son véto au Ceta ? C’est cela l’Europe, celle des vétos promis par les multiples divisions subnationales ? Décidément, son avenir est derrière elle : qui voudra à l’avenir traiter avec elle ? Bref, la première puissance commerciale du monde est en passe de s’effondrer à cause de la minuscule Wallonie (qui est plus grande, quand même, que le Luxembourg, Malte, l’Estonie, la Lituanie, l’Estonie, la Slovénie ou Chypre…).

Creative Commons License
This work is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International License.